Corbeil-Essonnes, Ville de Corbeil-Essonnes - 01.60.89.71.79 -, 91
Ville de Corbeil-Essonnes 91
Accueil   



 



 
 



 
    Lettres d'informations
    Menus des cantines
  Votre ville sur Facebook
  Votre ville sur Twitter





 


Accueil | Bien Vivre à Corbeil-Essonnes | Votre journal "Bien Vivre à Corbeil-Essonnes" | 2007 | Vivre à Corbeil Essonnes - Février 2007
Vivre à Corbeil Essonnes - Février 2007
Actu : Corbeil-Essonnois, vous avez du talent !
Les poèmes de Maria Aere

Depuis 1981, Maria écrit des poèmes. Selon cette Corbeil- Essonnoise âgée de 88 ans, l’écriture est le meilleur moyen d’exprimer ses sentiments.

Née en Italie le 26 août 1918, Maria Aere habite Corbeil- Essonnes depuis 1921. Son père, cimentier, avait alors choisi de travailler en France. En 1937, à l’occasion de son mariage, elle a quitté Corbeil et le quartier Rive Droite pour s’installer à Essonnes, boulevard Jean- Jaurès.

En 1952, le couple a acheté une petite bâtisse située non loin de la rue de la Dauphine. « Je me souviens, nous étions dans la dernière maison d’Essonnes, rue Louis - Robert », nous a confié la retraitée en évoquant la présence du poteau de l’octroi qui marquait autrefois la frontière entre la cité essonnoise et Corbeil. Maria Aere a passé toute sa carrière professionnelle chez Crété. Dès l’âge de 13 ans elle a fréquenté l’école de la célèbre imprimerie Corbeilloise, entreprise qu’elle quittera en mai 1975.

C’est en 1981 qu’elle a commencé à écrire des poèmes. « A l’école, j’étais très bonne en rédaction et la maîtresse lisait souvent mes devoirs devant toute la classe », se rappelle-t-elle. Son premier texte était dédié à sa fille Liliane qui fêtait alors ses 37 ans.

En 1988, Maria a eu la douleur de perdre son mari. Elle avait 51 ans. C’est au cours de cette difficile épreuve qu’elle a rédigé « La solitude », un texte émouvant né un jour de cafard.


La Solitude

Qui a dit, oh, ineptie, la solitude, çà n’existe pas !
Tous ceux et celles qui prônent cela sont certains, bien sûr, qu’eux ne la connaîtront pas.
Et pourtant, cette solitude, elle existe, elle est là, omniprésente, et plus ou moins supportable selon les saisons.
L’hiver, quand lentement le soleil descend sur la ligne d’horizon et que l’ombre envahit la maison, alors, tristement, je ressens un frisson.
Entendre le son d’une voix et non les battements de mon coeur qui bat la chamade.
Pouvoir échanger des idées, des paroles, et cette pensée en tête me devient vite insupportable.
Ne plus souffrir de cette indifférence qui rend la vie terne et sans importance, avoir des pensées plus positives.
Alors, les journées seront plus gaies et plus attractives.
Puis, à la belle saison, quand le ciel est bleu, le soleil brille, les oiseaux chantent, alors, la solitude est moins pesante. vOn se sent bien, environné par la nature en fête.
Des pensées gaies et optimistes envahissent ma tête et je voudrais, qu’ici, le temps suspende sa ronde et s’arrête.
Mais, hélas, quand revient le temps des frimas, à cette pensée mon corps frissonne et mon coeur est las.
De nouveau, la solitude reviendra, plus insidieuse, plus lancinante que jamais.
Ah, pouvoir m’en défaire si je le pouvais.
Avoir des pensées moins moroses, chasser loin de moi cette psychose.
Evoquer les bons souvenirs d’antan, souvenirs si doux et obsédant qui vous procurent une sorte de béatitude.
Ces moments vécus qui ne reviendront plus maintenant, c’est fini, tu es seule avec ta solitude.

tab1 tab2 tab3
tab7

AVIS DE RECHERCHE
Chaque mois, nous vous proposerons le portrait d’un (e) Corbeil-Essonnois (e) qui s’illustre dans un domaine bien particulier, qu’il soit artistique, sportif ou tout autre.
Si vous souhaitez figurer dans cette rubrique ou si vous connaissez quelqu’un qui a réellement du talent, merci de nous contacter au 01.60.89.78.14.


tab8
tab4 tab6 tab5




VOTRE CINÉMA ARCEL


- La programmation.
- Les tarifs.
- Plan d’accès
- Inscrivez-vous à la newsletter.


LE THÉÂTRE DE CORBEIL-ESSONNES,
la prochaine représentation :


- La programmation.
- Les tarifs.
- Les abonnements.
- Inscrivez-vous à la newsletter.