Corbeil-Essonnes, Ville de Corbeil-Essonnes - 01.60.89.71.79 -, 91
Ville de Corbeil-Essonnes 91
Accueil   



 



 
 



 
    Lettres d'informations
    Menus des cantines
  Votre ville sur Facebook
  Votre ville sur Twitter





 


Accueil | Bien Vivre à Corbeil-Essonnes | Votre journal "Bien Vivre à Corbeil-Essonnes" | 2008 | Vivre à Corbeil-Essonnes - Juillet/Août 2008
Vivre à Corbeil-Essonnes - Juillet/Août 2008
Histoire : Corbeil-Essonnes d’hier et d’aujourd’hui

Chaque mois, Corbeil-Essonnes d’hier et d’aujourd’hui vous permet de découvrir la métamorphose d’une commune au riche passé à l’aide de documents anciens comparés à des photographies prises de nos jours.

- Hier

Le Port aux Boulangers

Approvisionnement de Paris en pain

Situé en bordure de Seine, sur la rive droite de la ville, le port aux Boulangers est tout proche de l’hôtel Bellevue. Cette petite place a connu autrefois une activité portuaire intense pour Corbeil et primordiale pour Paris.

Il faut savoir que sous Saint-Louis (Louis IX), au XIIIème siècle, le coche d’eau dénommé le Corbillat, assurait exclusivement le transport de pains destinés à l’approvisionnement de la capitale. Il est vrai que le pain pétri et cuit à Corbeil jouissait d’une excellente réputation.

Chaque jour de la semaine, le port aux Boulangers accueillait donc bon nombre d’artisans locaux qui procédaient alors à d’abondants chargements destinés à la capitale. Au début du XVIIIème siècle, l’activité du Corbillat fut modifiée pour se consacrer exclusivement au transport de voyageurs et de marchandises.

A l’époque, le coche d’eau local mettait une petite journée pour aller de Corbeil à Paris. De nombreuses escales intéressant tous les villages traversés, ponctuaient le voyage. Le principal arrêt se situait à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) où des pâtissiers fournissaient les passagers en gâteaux.

Le Corbillat, supprimé en 1812, partait de la cité corbeilloise le mardi et le vendredi, à 9 heures du matin. Il arrivait à Paris au milieu de l’après-midi.


- Aujourd’hui

Le Corbillat à l’origine du corbillard

En 1789, l’un des articles du cahier des doléances corbeilloises demandait la diminution du prix des places du coche d’eau. Il était aussi exigé que le Corbillat ne serve qu’au seul transport des personnes et de leurs paquets. L’on demandait également que le lieu des départs et arrivées soit fixé au port Saint-Guenault, endroit jugé moins dangereux et plus proche du centre ville.

Il faut savoir que le port aux Boulangers servait aussi de dépôt aux tourbières de Mennecy. Pendant les sévères épidémies de peste qui ont sévi en Ile-de- France au XIVème siècle, le Corbillat a été utilisé pour transporter les corps des très nombreuses victimes de la terrible maladie recensées à Paris.

Le nom aurait donc été conservé par la suite pour être donné aux différents attelages et véhicules à moteur chargés de transporter les défunts durant les enterrements.

Aujourd’hui, le Port aux Boulangers n’a plus d’activité. Il sert de parking. Des bancs sont disposés pour apprécier la vue sur la Seine.

(Crédit photo : Service Communication et DR).





VOTRE CINÉMA ARCEL


- La programmation.
- Les tarifs.
- Plan d’accès
- Inscrivez-vous à la newsletter.


LE THÉÂTRE DE CORBEIL-ESSONNES,
la prochaine représentation :


- La programmation.
- Les tarifs.
- Les abonnements.
- Inscrivez-vous à la newsletter.