Corbeil-Essonnes, Ville de Corbeil-Essonnes - 01.60.89.71.79 -, 91
Ville de Corbeil-Essonnes 91
Accueil   



 



 
 



 
    Lettres d'informations
    Menus des cantines
  Votre ville sur Facebook
  Votre ville sur Twitter





 


Accueil | Bien Vivre à Corbeil-Essonnes | Votre journal "Bien Vivre à Corbeil-Essonnes" | 2008 | Vivre à Corbeil-Essonnes - Septembre 2008
Vivre à Corbeil-Essonnes - Septembre 2008
Corbeil-Essonnes d’hier et d’aujourd’hui

Chaque mois, Corbeil-Essonnes d’hier et d’aujourd’hui vous permet de découvrir la

métamorphose d’une commune au riche passé à l’aide de documents anciens comparés

à des photographies prises de nos jours.

Hier

La maison de Bernardin

de Saint-Pierre

"La Chaumière

Cette carte postale ancienne représente la maison ayant

abrité Bernardin de Saint-Pierre, l’auteur de « Paul et

Virginie ». Cette charmante bâtisse baptisée « La Chaumière »

était située dans le quartier de la Nacelle, sur l’une des petites

îles entourées des bras de la rivière Essonne.

C’est en

1793 que le célèbre écrivain a pris possession des lieux, alors

qu’il venait d’épouser, un an plus tôt, Félicitée, la fille de

François-Ambroise Didot. Deux enfants naîtront de cette

union et seront prénommés Paul et Virginie.

Auparavant, le

26 mars 1789, Pierre-François Didot, papetier à Paris, s’était

rendu acquéreur des papeteries d’Essonnes toutes proches.

Son frère, François-Ambroise avait souhaité le seconder avec

l’aide d’un certain Bernardin de Saint-Pierre.

Né au Havre le

19 janvier 1737, Jacques-Henri Bernardin de

Saint-Pierre s’est embarqué pour la Martinique

à l’âge de douze ans. Placé chez les Jésuites

dès son retour en métropole, il terminera son

éducation dans un collège de Rouen (Seine-

Maritime).

Après un passage par l’école des

Ponts et Chaussées, Bernardin de Saint-Pierre

s’est orienté vers le génie militaire. Après quelques

campagnes tumultueuses à l’étranger, il

s’est installé quelques temps à Paris.


Aujourd’hui

En 1768, Bernardin de Saint-Pierre fut affecté à l’Ile-de-

France (Ile Maurice) comme capitaine ingénieur, il tenta

alors d’appliquer ses idées de colonisation à Madagascar.

Revenu en France en 1771, il chercha la fortune tout en la

dédaignant. Conscient de ses aptitudes, il se résigna enfin à

ne devenir qu’un écrivain de génie.

Accueilli dans les grands

salons, il rencontrait bientôt la société philosophique et littéraire.

Son très mauvais caractère devait pourtant l’éloigner de

cette société particulière. Blessé dans son orgueil, Jacques-

Henri Bernardin de Saint-Pierre s’est ensuite lié d’amitié avec

Jean-Jacques Rousseau.

En 1784, il a publié « 

Etudes de la nature », un ouvrage important

qui fera de lui un auteur reconnu. Trois ans

plus tard, l’écrivain faisait paraître « Paul et

Virginie », un récit qui est l’un des chefs-d’oeuvre

du 18ème siècle.

Jacques-Henri Bernardin de

Saint-Pierre a passé ses dernières années dans

une propriété d’Eragny (Val d’Oise), sur les

bords de l’Oise. C’est dans ces lieux que le

célèbre auteur s’est éteint, le 21 janvier 1814.

Quant à sa maison d’Essonnes, elle fut détruite

beaucoup plus tard, en décembre 1974, pour

laisser la place à une maison de retraite.

(Crédit photo : DR).





VOTRE CINÉMA ARCEL


- La programmation.
- Les tarifs.
- Plan d’accès
- Inscrivez-vous à la newsletter.


LE THÉÂTRE DE CORBEIL-ESSONNES,
la prochaine représentation :


- La programmation.
- Les tarifs.
- Les abonnements.
- Inscrivez-vous à la newsletter.