Corbeil-Essonnes, Ville de Corbeil-Essonnes - 01.60.89.71.79 -, 91
Ville de Corbeil-Essonnes 91
Accueil   



 



 
 



 
    Lettres d'informations
    Menus des cantines
  Votre ville sur Facebook
  Votre ville sur Twitter





 


Accueil | Bien Vivre à Corbeil-Essonnes | Votre journal "Bien Vivre à Corbeil-Essonnes" | 2009 | Vivre à Corbeil-Essonnes - Mars 2009
Vivre à Corbeil-Essonnes - Mars 2009
Corbeil-Essonnes d’hier et d’aujourd’hui

Chaque mois, Corbeil-Essonnes d’hier et d’aujourd’hui vous permet de découvrir la

métamorphose d’une commune au riche passé à l’aide de documents anciens comparés

à des photographies prises de nos jours.

Hier

Le château du pont de Corbeil

Une enceinte pour défendre un lieu stratégique

Situés en bordure de Seine et à proximité d’une artère

reliant Paris à Fontainebleau, les sites de Corbeil et

d’Essonnes ont toujours eu une importance stratégique due

à ces voies de communication essentielles. Pour sa part,

Corbeil a longtemps été défendue par un système de fortification

avec la présence de châteaux. Sous le règne de

Charles le Gros, il a été décidé d’élever des défenses sur les

bords du fleuve.

C’est le comte Haymon qui fut chargé de la

construction, sur la rive droite, du château du pont de Corbeil.

Il était équipé de cinq tourelles et bénéficiait d’un donjon

baptisé tour du Hourdy. Les fossés de l’édifice aujourd’hui

totalement comblés étaient alimentés par un bras de la Seine

qui avait été spécialement creusé. Après leur désaffection, ils

ont pris la forme d’un souterrain reliant le Port des

Gendarmes au Port des Boulangers.

Le mardi

16 octobre 1590, entre 15 et 16 heures, le

Duc de Parme a donné l’assaut pour s’emparer

de Corbeil après un siège qui avait débuté

le 22 septembre 1590. Le pont sur la Seine et

son château ont connu à cette occasion de vifs

et meurtriers combats.

Aujourd’hui

Un édifice totalement détruit au début du XIXème siècle

Le 24 septembre 1590, les Espagnols braquèrent

quatre canons sous les ormes du carrefour Saint-

Léonard. Ils visèrent le château du pont. Capitaine de

l’édifice, un certain Morsang avait garni les lieux de

fagots pour y mettre le feu avant de prendre la fuite.

Auparavant, il avait cependant positionné une douzaine

de soldats dans la tour du Hourdy.

Disposant de

munitions et de vivres, ils étaient censés défendre la

forteresse. Malgré tout, les Espagnols ne tardèrent pas

à s’en emparer après avoir pris soin de bien éteindre

le feu. Au début du XVIIème siècle, le fort qui défendait

le pont côté Rive Droite était en ruine. Le fossé qui

existait encore était traversé par un pont menant à la

porte de Brie et ses deux tours.

En 1714, seule l’une

d’elles était encore en place. Le château du pont de

Corbeil fut totalement détruit au début du XIXème siècle.

Une partie de l’espace ainsi libéré permit de réaliser

la place Saint-Léonard. Il ne reste donc plus

aucune trace de la forteresse et de ses fossés avoisinants.

Toutefois, l’épais mur servant de fondations à

la maison Bellevue peut être considéré comme un

vestige du château du pont de Corbeil.

(Crédit photos : DR).





VOTRE CINÉMA ARCEL


- La programmation.
- Les tarifs.
- Plan d’accès
- Inscrivez-vous à la newsletter.


LE THÉÂTRE DE CORBEIL-ESSONNES,
la prochaine représentation :


- La programmation.
- Les tarifs.
- Les abonnements.
- Inscrivez-vous à la newsletter.