Corbeil-Essonnes, Ville de Corbeil-Essonnes - 01.60.89.71.79 -, 91
Ville de Corbeil-Essonnes 91
Accueil   



 



 
 



 
    Lettres d'informations
    Menus des cantines
  Votre ville sur Facebook
  Votre ville sur Twitter





 


Accueil | Bien Vivre à Corbeil-Essonnes | Votre journal "Bien Vivre à Corbeil-Essonnes" | 2009 | Vivre à Corbeil-Essonnes - Septembre 2009
Vivre à Corbeil-Essonnes - Septembre 2009
Commémoration : Soixante- cinquième anniversaire de la Libération

Le 25 août 1944, les communes

de Corbeil et Essonnes retrouvaient

leur liberté après un peu

plus de quatre ans passés sous

l’emprise de l’armée allemande.

Le 15 juin 1940, avec l’arrivée des soldats allemands,

Corbeil et Essonnes ont entamé une

période d’occupation qui a duré un peu plus de quatre

années. Dans un premier temps, la population a

préféré s’enfuir avant de réintégrer les deux localités.

Si l’occupant n’a pratiquement pas fait de dégâts au

moment de son arrivée, certaines scènes de pillage

eurent lieu dans quelques magasins au moment de

l’exode. Installée dans l’hôtel de ville de Corbeil, la

« Kreis kommandantur » a pris possession des principales

salles de l’édifice public. Dans le même temps,

des usines, immeubles et autres pavillons étaient

réquisitionnés pour héberger les quelque 200 soldats

allemands présents dans la localité.

Dès le mois

d’août 1940, des noyaux de Résistance sont nés à

Corbeil et à Essonnes. Leur principal objectif

consistait à fournir des papiers d’identité et des titres

d’alimentation à des prisonniers évadés et à des

réfractaires qui refusaient d’aller travailler en

Allemagne. Ces réseaux cachaient également des

Israélites menacés d’arrestation et des parachutistes

alliés avant leur rapatriement.

La gare de Corbeil bombardée

Le dimanche 13 août 1944, un train de munitions

stationné en gare de Corbeil a été bombardé par

l’aviation américaine. Les violentes explosions ont

causé des dégâts considérables dans tout le quartier.

Des usines avoisinantes comme Decauville et

Darblay ont été pratiquement rasées. Côté humain,

l’on a recensé 19 morts et 180 blessés parmi la

population civile.

Le jeudi 17 août 1944, les

Allemands ont tenté d’incendier l’école des filles

d’Essonnes et les moulins Hutteau où étaient entreposées

600 tonnes de marchandises. Les troupes

libératrices sont arrivées à Corbeil et à Essonnes le

vendredi 25 août 1944 après avoir franchi la Seine à

Evry. La veille, au cours de sa fuite vers la rive droite

du fleuve, l’armée allemande n’avait pas hésité à

détruire le pont de Corbeil.

Un jeune gardien de la

paix, Albert Mercier, a tenté au prix de sa vie de faire

échouer l’opération. Une plaque commémorative

rappelle, à l’angle du quai Jacques Bourgoin et de la

rue Saint-Nicolas, cet acte de bravoure. Après quelques

tentatives de résistance, les Allemands ont finalement

quitté la région le samedi 26 août 1944 .

(Crédit photos : DR).





VOTRE CINÉMA ARCEL


- La programmation.
- Les tarifs.
- Plan d’accès
- Inscrivez-vous à la newsletter.


LE THÉÂTRE DE CORBEIL-ESSONNES,
la prochaine représentation :


- La programmation.
- Les tarifs.
- Les abonnements.
- Inscrivez-vous à la newsletter.