Corbeil-Essonnes, Ville de Corbeil-Essonnes - 01.60.89.71.79 -, 91
Ville de Corbeil-Essonnes 91
Accueil   



 



 
 



 
    Lettres d'informations
    Menus des cantines
  Votre ville sur Facebook
  Votre ville sur Twitter





 


Accueil | Se divertir | La Culture | La Galerie d’art | Les expositions de la galerie d’art | 2010
2010
Sevastra : exposition de ses photographies de poupées, du 7 au 19 décembre 2010

Sevastra développe depuis quelques années un intérêt pour la mise en scène de poupées. Le travail photographique de cette jeune artiste de 26 ans, native de Courcouronnes, consiste à faire de la poupée un sujet en soi.

Par ses scénographies, la lumière, les cadrages, Sevastra donne vie et émotions à ces objets inanimés. Ce travail, original et surprenant, a été primé en 2008. Les photos de Sevastra sont publiées depuis 2007 dans des revues spécialisées, consacrées aux poupées de collections, et ont été exposées au Japon et aux Etats-Unis.

INTERVIEW DE SEVASTRA

Service Communication - Quel est votre parcours artistique ?

SEVASTRA - Cela fait quatre ans que je fais de la photographie. Je n’ai pas suivi de formation artistique, je suis autodidacte. Je photographie principalement des poupées mais je fais également des photos de nature, notamment du travail en macro sur fleurs.

SC - Pourquoi photographiez-vous des poupées ? D’où vous est venue cette idée ?

SEVASTRA - J’ai découvert dans un premier temps les BJD (Ball Jointed Dolls) par Internet qui sont des poupées de collections articulées (60 cm) faites en résine et majoritairement fabriquées en Asie. Puis de fil en aiguille, j’ai découvert les Pullip et les Blythe, des poupées plus petites (30 cm) et plus abordables. J’ai donc fait l’acquisition d’une Pullip et rejoint des forums où d’autres collectionneuses échangeaient informations et photos. Je ne me suis jamais vraiment posé la question pourquoi les poupées, j’ai aimé l’objet, découvert qu’on les prenait en photo et l’idée m’a intéressée. Photographier des poupées ne m’a jamais semblé être quelque chose de curieux, c’est un peu comme si cela était naturel.

SC - Comment choisissez-vous la mise en scène de vos modèles : situation, paysage, vêtements, coiffure ?

SEVASTRA - En ce qui concerne la mise en scène, il faut savoir que je visualise avant tout la photo que je souhaite faire. J’essaie de réunir autant d’éléments que possible pour coller à mon idée première, il m’arrive même de faire quelques croquis des mises en scène. Je choisis donc les paysages ou décors en fonction de ce que je souhaite faire, tout comme les vêtements.

Je réalise de plus en plus de photos en extérieur. Je préfère la lumière extérieure qui offre plus de possibilités dans la création et une atmosphère différente.

SC - Quels effets, quelles émotions cherchez-vous à provoquer ?

SEVASTRA - Mes photos ne racontent pas forcément une histoire, je cherche plutôt à provoquer des sensations ou des sentiments. Elles sont le reflet des mes aspirations du moment et peuvent parfois évoquer des thèmes assez communs. Ainsi il m’arrive de réinterpréter des peintures ou le travail d’autres artistes (par ex. pour la photo « Ophélia »).

Je souhaite avant tout que le public regarde la poupée comme un sujet photographique et non comme un jouet. Il s’agit de faire de l’objet un sujet tout en questionnant les apriori liés à l’objet dans la photographie. Lorsque des photographes comme David Lachapelle capturent une réalité en la plastifiant, la réifiant en tant qu’objet de consommation, ma démarche est de partir d’un objet anthropomorphique en plastique et de lui donner vie, ce qui peut paraître troublant. Ma formation de sociologue m’a appris à me défaire de ce sens commun, des catégorisations et des associations spontanées liées aux objets comme aux phénomènes, nous préservant de toute réflexion sur les processus à l’origine de ces clivages entre objets, pratiques, catégories d’âge et rôle sexué.

SC - Avez-vous d’autres sources d’inspiration ?

SEVASTRA - Comme dit précédemment, il m’arrive de réinterpréter des œuvres peintes ou photographiques. Cela me permet de développer mes idées et d’enrichir ma technique suivant le rendu que je souhaite donner à mes photos. Solve Sundsbo, photographe de mode, m’inspire beaucoup surtout pour sa façon de jouer avec la lumière en donnant un côté évanescent à ses photos. J’ai tenté de retrouver cette lumière dans certaines de mes photographies : Dreamy Meadow, Noella, Peony ou encore Reunited.

SC - Techniquement, est-ce que vous retouchez vos photos ? Faites-vous du montage ?

SEVASTRA - J’évite au maximum d’utiliser le logiciel Photoshop. J’utilise des objectifs manuels (à monture M42) et des filtres photographiques.

SC - Cherchez-vous à toucher un public en particulier ?

SEVASTRA - Non, je réalise ces photos avant tout pour moi et je les partage sur internet soit sur des forums consacrés à la collection de poupées, soit sur des interfaces plus variées comme flickr. Aujourd’hui, j’aimerais faire mieux connaître mon travail, donner du crédit à ce que je fais et dépasser mon réseau internet.

SC - Cette question me taraude depuis le début : pourquoi ne photographiez-vous pas d’êtres humains ? Car vous mettez en scène vos poupées de manière très humaine…

SEVASTRA - Comme je l’ai précisé précédemment, photographier des poupées ne m’a jamais semblé être quelque chose de curieux, c’est un peu comme si cela était naturel. Les poupées sont pour moi des sujets photographiques comme le sont les humains.

Je souhaite que le public ne s’arrête pas au sujet de la photo mais puisse les regarder et apprécier l’idée, le rendu comme il le ferait pour une photo avec un humain par exemple. De toute façon, si je travaillais sur des sujets humains, mon travail garderait la même esthétique et mes idées resteront les mêmes.

SC - Vos projets à venir ?

SEVASTRA - Je souhaite continuer la photographie de poupées et, pourquoi pas, essayer de travailler avec des sujets humains, tout en essayant de faire connaître davantage mes travaux, à travers des expositions par exemple.

Pour découvrir l’ensemble des oeuvres exposées de Sevastra,

rendez-vous dans la GALERIE VIRTUELLE !


LÉGENDES DES PHOTOGRAPHIES :

Désintégration (30 x 40 cm)

Sisters (20 x 30 cm)

Masquerade (20 x 30 cm)

Solstice (20 x 30 cm)

Ophélia (20 x 30 cm)

Peony (30 x 40 cm)

Isobel (20 x 30 cm)

Mentions légales : Sevastra, tous droits réservés

Informations pratiques

+ d’infos sur la programmation de la Galerie d’art


PUBLICATIONS :
- Nos Arts, le magazine de tous les talents, juillet/août 2009
- Adore Mag, A pullip lifestyle magazine n°12, octobre 2009
- Dolly Dolly, volume 18, décembre 2008
- Adore Mag, A pullip lifestyle magazine n°7, décembre 2007
- Adore Mag, A pullip lifestyle magazine n°3, juillet 2007

DISTINCTIONS ET RÉCOMPENSES :
- Choix de Junko Wong, Blythe Photo Contest, 2008

EXPOSITIONS :
- Galerie LELE (Tokyo, Japon), décembre 2008
- Toy Art Show (Portland, USA), juin 2008





VOTRE CINÉMA ARCEL


- La programmation.
- Les tarifs.
- Plan d’accès
- Inscrivez-vous à la newsletter.


LE THÉÂTRE DE CORBEIL-ESSONNES,
la prochaine représentation :


- La programmation.
- Les tarifs.
- Les abonnements.
- Inscrivez-vous à la newsletter.