Corbeil-Essonnes, Ville de Corbeil-Essonnes - 01.60.89.71.79 -, 91
Ville de Corbeil-Essonnes 91
Accueil   



 



 
 



 
    Lettres d'informations
    Menus des cantines
  Votre ville sur Facebook
  Votre ville sur Twitter





 


Accueil | Se divertir | Découverte | Patrimoine | Les vidéos de l’association Mémoire et patrimoine vivant
Les vidéos de l’association Mémoire et patrimoine vivant
Vidéo "La fusion de Corbeil et Essonnes en 1951"



L’histoire de Corbeil-Essonnes, c’est celle de deux communes aux territoires imbriqués et aux destins partagés. C’est aussi l’histoire d’oppositions et de consensus qui ont conduit à la naissance de Corbeil-Essonnes.


Essonnes était plus étendue que Corbeil, dont la partie située sur la rive gauche était totalement imbriquée dans le territoire de sa voisine. Essonnes, la plus ancienne des deux, a un caractère rural et agricole plus marqué. Quant à Corbeil, elle fut successivement la terre des comtes, des rois puis de l’Etat en tant que sous-préfecture de la Seine et Oise. L’activité des deux villes s’intensifie au cours du XIXème siècle, c’est la révolution industrielle : liaison ferrée avec Paris en 1840, ouverture de nombreuses usines (grands moulins de Corbeil, imprimerie Crété, papeteries Darblay, Doittau, Decauville…). Corbeil et Essonnes formaient alors un des pôles industriels les plus importants du sud de l’Ile de France. Mais les antagonismes locaux restent forts : ne parlait-on pas de Corbeil la bourgeoise et Essonnes l’ouvrière ?


Très tôt, les velléités corbeilloises se font sentir à l’égard du territoire d’Essonnes. Les cahiers de doléances témoignent de la volonté de rattacher les zones frontalières d’Essonnes à la ville de Corbeil. Dès lors, plusieurs projets de fusion voient le jour au cours du XIXème siècle, sans succès. C’est également à cette période que l’histoire commune se renforce lorsque les constructions se multiplient dans la prairie Saint-Jean. Cet espace reliant Essonnes à Corbeil (actuellement les allées Aristide Briand et la rue Féray) est progressivement investi, intensifiant les relations et les déplacements entre les deux villes.


Patience et consensus auront été nécessaires pour aboutir à l’union de Corbeil et Essonnes. Dès les années 1940, le processus s’accélère et la fusion s’impose comme une évidence. Le sous-préfet émet un avis favorable sur la fusion qu’il juge « inévitable ». M. Gentilhomme, maire de Corbeil et M. Lecouillard, maire d’Essonnes, ont largement contribué à l’unification des deux villes. Entre réticences, dialogues et consensus, la fusion a finalement eu lieu : la création de Corbeil-Essonnes paraît au Journal Officiel le 9 août 1951.


L’histoire commune commence officiellement à cette date mais elle est bien plus ancienne puisqu’ « avant de s’inscrire dans les esprits, la fusion s’imposait dans les faits ».


Film réalisé par l’association Mémoire et Patrimoine Vivant

Avec de nombreux adhérents : Claude Breteau, Christian Baudouin, Daniel Belgrand, Jacques Bellec, Jean-Pierre Bientz, André Blin, Christian Broguet, Jacques Laouenan, Mario Di Scuillo, Philippe Le Carpentier, Catherine Raspail, Philippe Salvon.

Film réalisé par l’association Mémoire et Patrimoine Vivant

Contact : assmpv@free.fr





VOTRE CINÉMA ARCEL


- La programmation.
- Les tarifs.
- Plan d’accès
- Inscrivez-vous à la newsletter.


LE THÉÂTRE DE CORBEIL-ESSONNES,
la prochaine représentation :


- La programmation.
- Les tarifs.
- Les abonnements.
- Inscrivez-vous à la newsletter.