Corbeil-Essonnes, Ville de Corbeil-Essonnes - 01.60.89.71.79 -, 91
Ville de Corbeil-Essonnes 91
Accueil   



 



 
 



 
    Lettres d'informations
    Menus des cantines
  Votre ville sur Facebook
  Votre ville sur Twitter





 


Accueil | Se divertir | La Culture | La Galerie d’art | Les expositions de la galerie d’art | 2012
2012
Exposition à la Galerie d’art de Michel Madona photographe et de Tiburce vidéaudio designer du 7 au 30 juin 2012, vernissage le mercredi 13 juin à 19h

Ces images, c’est un voyage. Mon voyage. Une parenthèse dans une vie où tout va vite. Trop. Une aventure humaine. Un concentré d’émotions, de rencontres, de lieux... Compostelle, pourquoi ? Pourquoi pas. Avant d’être un pèlerinage connu, reconnu, sacré pour les uns, mystique et mystérieux pour les autres, le chemin de Compostelle est d’abord une route sur laquelle on marche. Point.

Faut-il être croyant pour comprendre et ressentir tout ce que ce chemin cache, donne, offre et reprend ? Oui, absolument, il faut croire...

Croire qu’il va faire beau demain, croire que le prochain gîte n’est plus très loin, croire que l’on marche déjà depuis trois mois, croire que cette fille est belle, croire que la vie c’est ça, croire aux rencontres, croire que ces larmes sont des larmes de joie, croire qu’on ne rentrera pas. Il paraît même que certains croient en Dieu. Je suis athée. Vraiment. Une amie croyante - vraiment - m’a dit un jour : « Pour être athée à ce point, tu dois avoir une foi incroyable ! » Mais alors, bon sang, qu’est-ce que je cherche sur ce chemin puisque ce n’est pas Dieu ? Moi, les autres ? Les autres, moi ? Oui, ça doit être ça, je pense vraiment que le chemin, ce sont les autres. J’aime les gens qui marchent, les rapides, les lents, ceux qui vont loin, ceux qui en viennent, ceux qui y retournent.

Mais alors pourquoi Compostelle ? Pourquoi ce chemin, pourquoi celui-là et pas un autre ? Si seulement j’avais la réponse.

On dit qu’il ne s’arrête jamais. On dit que le vrai chemin commence au retour. Dans la tête. C’est vrai. C’est long...
Michel MADONA

« Intervenir « vidéographiquement » sur les compressions visuelles de Michel MADONA est un acte d’interprétation de leur apparente inertie. Quand ce photographe décide de figer de multiples lieux et instants en une seule représentation photo-graphique, je prétends redéfinir leurmobilité. Le voyage intérieur s’exprime dans une « visiographie » intime que le public peut récupérer puis restaurer pour ses besoins propres (...). Le rapport mobilité/immobilité évoque tous ces chemins qui sont en nous... »
TIBURCE





VOTRE CINÉMA ARCEL


- La programmation.
- Les tarifs.
- Plan d’accès
- Inscrivez-vous à la newsletter.


LE THÉÂTRE DE CORBEIL-ESSONNES,
la prochaine représentation :


- La programmation.
- Les tarifs.
- Les abonnements.
- Inscrivez-vous à la newsletter.