Urbanisme
La rénovation des Tarterêts se poursuit  

Cette opération ambitieuse et nécessaire passe par la destruction d’immeubles aujourd’hui vétustes et la construction de petits bâtiments à taille humaine abritant des logements de qualité.


  

D’ici au mois de juin, c’est la tour du 7 de la rue Paul- Cézanne qui va être détruite. Identique à celui utilisé pour le bloc central, le procédé de démolition consiste à grignoter progressivement l’édifice au moyen d’un engin mécanique spécifique. Sûre et précise, cette technique est la mieux adaptée pour préserver au mieux la tranquillité du voisinage.

Il faut savoir que l’entreprise chargée de la destruction mettra tout en oeuvre pour créer le moins de nuisance possible. Toutefois, ces travaux occasionneront du bruit et de la poussière, c’est inévitable. Une fois le terrain libéré, une nouvelle résidence, petite et moderne, verra le jour. En attendant cette réalisation, le terrain sera remblayé et engazonné pour offrir un aspect agréable au secteur.

Et le relogement ?

L’un des soucis essentiels en matière de rénovation urbaine est d’assurer le relogement des familles directement concernées par la destruction des immeubles mal conçus et devenus vétustes. Le relogement des 49 familles qui habitaient au 7 de la rue Paul- Cézanne a commencé en mars 2005 pour s’achever en septembre 2006.

Trente-quatre de ces familles ont choisi de se reloger dans un autre bâtiment situé aux Tarterêts. Les quinze autres ont souhaité quitter le quartier pour se rapprocher de leur travail ou de leur famille. Parmi celles-ci, une dizaine continuent à résider à Corbeil-Essonnes ou dans une communes avoisinante. Les cinq autres ont pris la décision de quitter le département. Une enquête de satisfaction a été menée auprès des foyers concernés.

Elle fait apparaître un bilan très positif. En effet, 90 % des personnes relogées se disent très satisfaites de leur nouveau cadre de vie. Quant à l’accompagnement et à l’information assurés par le Logement Français, 92 % des familles ont apprécié les démarches du bailleur. Une rénovation urbaine génératrice d’emploi Les importants travaux engagés aux Tarterêts ont permis d’embaucher plusieurs habitants du quartier.

Une convention signée par l’Etat, la Ville de Corbeil- Essonnes, le Logement Français et l’Opievoy s’est Titre Urbanisme donnée pour objectif d’aider les personnes ayant des difficultés à retrouver du travail. Dans cette optique, les bailleurs obligent les entreprises impliquées à recruter des Corbeil-Essonnois pour une durée minimale correspondant à 5 % du nombre d’heures du chantier.

La Mission Intercommunale Vers l’Emploi (MIVE) et le GIP Centre-Essonne se chargent de proposer les candidats à l’emploi aux différentes sociétés. Seize habitants des Tarterêts ont déjà bénéficié de ce dispositif. C’est ainsi que la démolition du bloc central a généré l’embauche de sept personnes. La destruction des parkings du secteur Bas-Blum s’est accompagnée de deux recrutements.

Quant au chantier concernant le grignotage de la tour du 7 de la rue Paul-Cézanne, il va permettre à sept nouvelles personnes de retrouver du travail. A noter que la clause d’insertion s’applique également à l’occasion de la construction de nouveaux logements dans le secteur qui borde la Route Nationale Sept.

De nouveaux logements sociaux mieux adaptés

Gérés par le Logement Français, les trois nouveaux petits immeubles prévus rue Pablo-Picasso dans le cadre du projet de rénovation urbaine sortent de terre. Hautes de trois étages plus combles, les futures résidences comprendront une soixantaine de logements sociaux.

Ces appartements destinés en partie au relogement des familles concernées par les destructions d’immeubles vétustes seront livrés à partir du second trimestre 2008.

(photos : Bernard Gaudin)